Port-Navalo

Depuis trente ans, quarante ans et même un demi-siècle pour certains, sur va et vient ou sur corps mort que tu avais posé, tu mouillais ton bateau devant la petite cale.
Tu l'avais mis à l'eau par tes propres moyens en passant par la petite plage de Port-Lenn.

Complainte des anciens de la petite cale

Pauvre pêcheur, pauvre misère
Tant que tu peux encore le faire
Lève tes casiers, mouille ton filet ...

A la petite plage, il n'y a plus d'accès. Fini le temps où pour mettre à l' eau ta plate, tu appelais les copains et tous poussaient et tous tiraient sur le sable et sur le goémon et on passait un bon moment.

Maintenant tu iras à la grande cale. Sous la grue, tu amarreras ton canot. Et après n'oublies pas de passer à la caisse. Il faudra toujours mettre la main à la poche.
 Pour mouiller ta plate à la petite cale, on te louera un belle bouée bien blanche avec un numéro, et au Trésor Public, tu feras un cadeau.

Il faut de l'ordre, de la réglementation et aussi de l'argent. De toute façon, il n'y avait plus de place pour les vieux bateaux ni pour les anciens. Il y en a tant, arrivés depuis peu de temps, qui cherchent une place pour leur bateau tout neuf.

La sélection par l'argent, c'est ce qui nous attend.
 Que penseraient les anciens en revoyant Port-Navalo devenu station balnéaire où les activités traditionnelles ont cédé leur place à un tourisme de luxe ?

Que vont penser les jeunes qui ne pourront plus accéder à la petite plage avec leur optimist ou leur dériveur pour lesquels ils avaient bricolé une remorque avec un essieu et deux roues ?

C'est le Port-Navalo de notre jeunesse qui disparaît trop vite, en perdant son charme de petit port naturel où tout était liberté et gratuité ...
Dommage que le nouveau port du Crouesty n'ai pas suffit !!!!!!!

La mer ! Un espace de liberté oui mais à condition de payer.